Dans les années 1975, le P.-DG de Peugeot-Citroën Jacques CALVET, un charismatique énarque, percevait un salaire mensuel de 185 000 Francs...soit 2 220 000 F par an...Les salaires des autres P.-DG du CAC 40 étaient  comparables.

Un jour Jacques CALVET, peut-être complexé en comparant son salaire à celui de grands P.-DG américains du pays de l'Oncle Sam, prit un "coup de sang" et décida de s'octroyer une augmentation de salaire de...43% d'un seul coup ! Soit + 79 5250 F en une sule fois, et passant donc de 185 000 F mensuels à...264 550 F !

Malheureusement dans le même temps il avait refusé à ses ouvriers de l'usine de SOCHAUX, privilégiés qui jouissaient de salaires mensuels de...1900 F/mois, des augmentations de ...3% !

La "Canard Enchaîné" s'empara de cette affaire, qui à l'époque fit scandale... 

Depuis, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts de Paris, et les salaires, bonus, primes de bienvenue, de résultats, de départ, de dépôts de bilan, stock- options se sont envolés à des niveaux vertigineux... Attirant la cupidité de nombreux énarques et Inspecteurs des Finances, désireux de quitter (provisoirement) le giron de la haute fonction poblique pour faire fortune sans risques dans le secteur privé (grandes entreprises et leurs filiales,, banques, assurances...) en retournant, une fois fortune faite, dans la haute fonction publique protégée par des bunkers bétonnés contre les risques de chômage, les cabinets ministériels ...

Les revenus annuels des P.-DG et poissons d'états- majors de moindre envergure gravitant sur leurs orbites autour des P.-DG ont crû de façon exponentielle, aux dépens des revenus des salariés de moins hauts niveaux...  leurs revenus bondissant rapidement une fois en place de 4 MF/ an (610 000 €/an ) à 1 M€, 2M€.... 7, 10 M€ par an !! Plus des retraiets- chapeaux confortables votées à la discrétion des Conseils d'administration aux partants : par exemple 15 000 €/an, et ce que le Groupe conduit par le partant soit bénéficiaire ou en faillite par sa faute !!!

Peu lui en chaulait ni aux CA.

En 2012 un vent de "moralisation" de ces revenus indécents, obscènes même, commença à souffler. Le président HOLLANDE fixa à 450 000 € bruts par an (2 952 000 Fr) le salaire maximum des P.-DG dans le secteur public (uniquement)... On n'observa pas de grève de leur part, ni de défilé dans la rue pancartes de protestation en tête, pour s'indigner de ce traitement discriminatoire. Point non plus de départs à l'étranger de ces "victimes" du nouveau pouvoir socialiste vers des cieux plus désireux de récompenser dignement leurs "talents" exceptionnels (hum !..) , si vantés par l'ex-Présidente du MEDEF Laurence PARISOT...

Non, ces "victimes" sont restées par prudence à leurs postes, malgré la réduction drastique de leurs revenus, ou au pire retournées dans le giron protecteur des grands corps de l'Etat dont en tant qu'énarques ou Sciences- Po ou HEC ou les 3 dont ils sont issus. (Ils prennent peu de risques en se lançant à la tête des entreprises, privées ou publiques. Voir le cas de Didier Lombard, parmi bien d'autres; l'ancien P.-DG de THOMSON et de la RATP Michel BON était paraît-il surnommé "Bon à rien"...).

Aux dernières nouvelles aucun de ces hauts fonctionnaires ne se serait exilé aux USA ou au Royaume-Uni pour des entreprises privées, malgré le "talent"que leur prête naïvement Laurence Parisot...Seuls des salariés prennent le risque de s'exiler et de tenter leur chance Outre-Rhin, outre-Atlantique, Outre-manche...

En février 2014 on apprend que des réductions de salaires des grands dirigeants commencent à se répandre en Europe : voir l'article du Parisien du 27/02/2014 : "les dirigeants du Français NEXANS (Frédéric VINCENt), du Suisse NOVARTIS (Jörg REINHARDT)et de l'Allemand RWE (Peter TERLUM) ont renoncé à environ 500 000 € par an de leurs rémunérations..."en raison des plans sociaux en cours"...Ils n'ont donc pas complètement perdu tout sens moral, toute décence...

Cependant 13 dirigeants français perçoivent encore plus de 4,7 M€ par an, et la moyenne des dirigeants du CAC 40 est de 3,96 M€/ an, bien que le cabinet financier ProXinvest ait relevé un recul en 2013 de 6% des revenus des dirigeants du CAC 40.... En cas d'alerte trop grave, il reste possible d'émigrer à Bruxelles ou au Luxembourg, qui sont moins éloignés de Paris (300 km) que Bordeaux, Brest (600 km), Lyon (500 km), Toulouse (800 km) ou Marseille (900 km) !...Voire Francfort, Munich à 2 h d'autoroute à peine de Strasbourg..

 

 

 

 

 

 

 

 

   Ce phénomène des années 1990 étant fort bien décrit dans le livre "Cette oligarchie qui nous gouverne".