Le magazine MANAGEMENT de mars 2014 a consacré (pages 48 à 51) une Etude de sa rédactrice Christine HALARY sur l'exploitation des idées inventives des salariés des entreprises..
Un certain nombre d'intervenants en propriété intellectuelle ont été interviewés et y sont cités :
- Jean-Florent CAMPION président de l'AIS
- Laurent MULATIER secrétaire de la CNIS/INPI
- Me Michel ABELLO, avocat spécialiste PI cité
- Jean-Paul MARTIN ex CPI, Mandataire OEB
- Delphine BRUNET-STOCLET, avocate spécialiste PI chez SBKG :
- Sophie ESSELIN CPI 
- L'auteur de l'etude Christine HALARY commente notamment les procès PUECH c/ CNRS et AUDIBERT c/ ARCELOR MITTAL qui ont défrayé la chronique des annales judiciaires
Sagas - records de durée : 16 années  pour PUECH, 20 années pour AUDIBERT...mais qui au terme de  combats acharnés à l'artillerie lourde et de véritables guerres de tranchées des deux David contre ces deux Goliaths  industriel et de la recherche  ont été gagnées de haute lutte par les deux inventeurs salariés : 650 K€ versés au Dr Puech, 551 K€ (avec les intérêts)  pour F. Audibert.
  
Ces deux succès stratégiques retentissants doivent encourager les inventeurs salariés à continuer à se battre sans défaillance avec un moral élevé pour la défense de leurs droits légitimes.Car ils ne sont pas seuls dans leur juste combat. Avec la certitude absolue que  celui- ci est une cause noble et juste, qui mérite des efforts, voire des sacrifices, car leurs droits coIncident avec l'intérêt général de l'économie nationale et de l'Emploi.
Il est juste que les profits considérables, colossaux plus fréquemment qu'on ne le fait croire..., générés par l'exploitation des inventions - et innovations non brevetées des salariés notamment lorsqu'elles sont gardées secrètes tout en étant exploitées - soient équitablement partagés entre les salariés- inventeurs et les employeurs. Et non accaparées à 99,5 % par les seuls employeurs et une poignée de gros actionnaires.. Employeurs qui trop souvent en guise de remerciements, abusant de leur pouvoir absolu, licencient ensuite purement et simplement les inventeurs quand ils pensent ne plus en avoir besoin !

Un partage aussi inégal voire inexistant est non seulement inéquitable, immoral, mais contre- productif car les inventeurs sont une denrée rare et précieuse sans lesquels rien ne serait possible, Et qui devraient donc être récompensés à la juste mesure de leurs talents créatifs, plutôt que maltraités, ciblés comme à l'exercice.
A-t-on oublié qu'un groupe industriel aussi prospère et puissant que AIR LIQUIDE, qui emploie 130 000 salariés dans le monde dont 1/3 en France et traverse la "crise" depuis 2008 avec un succès constant grâce notamment à sa politique de reconnaissance des inventeurs salariés, s'est  créé et développé à partir des inventions géniales brevetées par George CLAUDE, permettant de liquéfier l'air et d'en extraire les gaz qui le composent ?