Le Congrès International de Paris du 19/09/2014 sur les droits et Rémunérations des Inventeurs salariés dans les pays développés d'Asie, d'Europe et d'Amérique du Nord, le premier du genre, n’a eu  semble-t-il aucun écho dans les medias, du moins les medias "grand public" : presse écrite et chaînes de télévision, chaînes de radio  ni suscité la moindre réaction ou réflexion au plan politique, au Gouvernement ou dans l’opposition.
Avec cette classe politique incompétente, autiste, aveugle et sourde aux messages désespérés de "ceux qui savent",les professionnels qualifiés de l'innovation, de l'invention dans le monde des entreprises industrielles innovantes, les ingénieurs, les chercheurs scientifiques, les inventeurs des entreprises qui ont fait leurs preuves et savent de quoi ils parlent, contrairement à l'arrogante caste  énarchique , on mouline dans un vide intersidéral, on patine sur place dans un véhicule embourbé.
 En matière d’Innovation technologique et de po​litique de la recherche, les résultats obtenus par la mise en oeuvre de moyens financiers colossaux mais inadaptés sont affligeants :
 
  • le CIR (Crédit Impôt Recherche, pilier principal depuis 12 ans de la politique de la recherche en France) a coûté 6,2 Mds€ en 2013 aux finances publiques pour un résultat insignifiant, au mieux médiocre, disproportionné à ce budget.

La preuve en est indirectement fournie par les lamentations médiatiques continuelles sur le piètre état de la R&D en France et sur la compétitivité des entreprises : la balance commerciale accuse chaque année un déséquilibre croissant, de 65 Mds€ environ en 2013. 70 à 75% des 6,2 Mds€ du CIR sont drainés par les grandes entreprises,  qui n’en ont nul  besoin pour leur R & D. 

Ces sommes énormes sont de ce fait directement transformées en dividendes supplémentaires pour les actionnaires et managers des états- majors des groupes. Ce qui explique que chaque année malgré la “crise” sans fin depuis 2008, et en dépit des mauvais résultats des entreprises, les dividendes distribués bondissent de 30 ou 40%, à peu près parallèlement à l'augmentation  massive des crédits du CIR depuis sa création en 2001 !

 
  • En 2012  le gouvernement HOLLANDE a créé un “Comité Théodule” pour “ l’Innovation 2030", composé de 20 membres dont un seul vrai scientifique, Mathias FINK (!) et 19 économistes, philosophes, journalistes, une juriste des marques, parfaitement incompétents en matière d’innovation technologique.   Des scientifiques renommés comme Albert FERT, Prix NOBEL de physique en 2007, Claude ALLEGRE - redouté par les bien- pensants du GIEC politiquement corrects -  n'en font pas partie Aucun membre de l’AIS dans ce Comité.
Seule sa présidente Anne LAUVERGEON, ex présidente d’AREVA, est une ingénieur ( "ingénieuse", "ingénieurre" ? ?) titulaire de deux diplômes Grandes Ecoles dont l'Ecole des Mines de Paris, donc a priori présumée qualifiée… Encore que… elle est surtout connue pour avoir été le “sherpa” de François MITTERRAND à l’Elysée dès sa sortie des Ecoles d’ingénieurs… de sorte que sa connaissance des entreprises sur le terrain est forcément  sommaire…
On attend le rapport de ce Comité Théodule pour... 2030 !!!