Photo JPM 2

 

« Message commenté : Plus de CIR = délocalisation en Bulgarie ??

Je suis l'anonyme auteur du message publié. Je resterai anonyme car le clou qui dépasse attire le marteau...
Vous mentionnez le chantage à la délocalisation. C'est une réalité contre laquelle on ne peut à mon avis pas lutter autrement qu'en restant compétitif. Dans mon groupe, l'entité française a perdu 25% de son activité de production (lignes de production démontées et déménagées en Roumanie).
Si la R&D est encore 100% ici, au contraire de la production, c'est grâce au CIR.
Je suis convaincu de la sincérité de mon directeur, mais je connais les actionnaires : prêts à tout pour gagner encore plus... et ce sont eux qui auront le dernier mot. C'est pas joli-joli, mais c'est comme ça.
toto - email :
toto@gmail.com « 

---------------------------------------------------------------------------------------------------

Réponse à toto anonyme du rédacteur  identifié de l’article  du 15 janvier 2015 que  toto commente.

Vos observations sont décidément intéressantes, et ont le mérite d’être exprimées sans agressivité, ce qui n’est pas toujours le cas..

C’est pourquoi je  crois utile d’y répondre puisqu’un embryon de dialogue paraît possible.

1)    Sur la forme, si vous révéliez votre identité vous vous comparez à l’extrémité d’un clou qui dépasse d’une planche et va s’attirer  un coup de marteau !...voire la foudre !

Comparaison originale. Pour vous qui  serait le marteau ? Votre Direction générale ou moi- même ? Alors que vous louez la politique de cette direction générale, vous craignez sa réaction !..

Que  serait ce alors si vous la critiquiez ?

 

2)    Donc le CIR vous rembourse, par  crédit d’impôt 30% de votre Budget R & D.

Mais alors je comprends mal pourquoi malgré cette aide de l’Etat, votre entre entreprise a délocalisé en Roumanie, donc  licencié des salariés, 25% de sa capacité de production.

Voudriez vous également une aide de 30% ou plus de l’Etat sur le budget total de production (budget de tout ce qui n’est pas R & D ?)  de l’entreprise ?

Sans aucune contrepartie ni engagement de l’entreprise comme c’est le cas jusqu’à présent, de sorte que celles- ci sont nécessairement tentées d’en abuser en délocalisant en même temps qu’elles perçoivent le CIR (puis le CICE ?), en tout cas les grands groupes ??

Cette mesure de délocalisation de moyens de production que  votre entreprise a exécutée en Roumanie pour accroitre les profits en mettant des personnels au chômage  est  bien évidemment contraire à  l’esprit et à l’objectif affiché du CIR : favoriser et développer l’emploi en France, pas en Europe orientale, ou pourquoi pas en Nouvelle-Guinée, aux îles Salomon, à Guadalcanal... (leurs tribus primitives vivant à l’âge de pierre ne coûteraient pas cher comme main d’œuvre)

On voit par là et par vos propres déclarations, que le CIR manque grandement son objectif, lequel est de préserver et développer l'emploi en France, ainsi que nous l’avons indiqué publiquement depuis plusieurs années avec d’autres commentateurs…  Ce constat est aussi  confirmé de façon indéniable par l’accroissement continu du chômage en France en dépit des augmentations massives des crédits du CIR depuis 2003 ( de 1Mds€/an en 2005 à 6 Mds€/an en 2013- 2014), puis de la création du CICE en 2012/2013…(20 Mds€ sur 5 ans).

Vous le reconnaissez implicitement au moins, puisque vous déplorez cette situation critique tout en en attribuant la responsabilité aux actionnaires toujours plus avides de profits quel qu’en soit le prix social… Situation à laquelle vous vous résignez bien que « pas jolie- jolie », parce que c’est comme ça, on n'y peut rien,  nous sommes en régime "social- démocrate", en réalité "ultra- libéral" de plus en plus  proche des USA..." un univers impitoyable qui  glorifie la loi du plus fort ", comme à Dallas chez l'affreux JR Ewing,roi texan du pétrole dans la série américaine DALLAS des années 1980...

Les actionnaires n'en ont rien à faire des dégâts humains  dès lors que leurs dividendes augmentent chaque année.

 Depuis 2008 SANOFI a touché des centaines et des centaines de millions d’euros au titre du CIR et en même temps  licencié uniquement pour accroître ses profits boursiers destinés aux actionnaires  4000 salariés de sa Recherche, en contradiction complète avec les buts du CIR, et hypothéquant par là même sans état d'âme l’avenir de l’entreprise..

Demain vous délocaliserez encore 25% puis 50% puis 100% de vos moyens de production en Bulgarie, ou au Kazakhstan, Tadjikstan  (les salaires y sont encore plus bas qu’en  Roumanie). 

3)    A cette aune, de fil en aiguille et en suivant vôtre raisonnement, pour être compétitif malgré l’ouverture totale des frontières douanières et la disparition des taxes douanières, – avec des pays où les conditions de concurrence sont entièrement déloyales à tous points de vue : salaires misérables qui y sont pratiqués, absence de protection sociale donc de charges sociales, de congés payés, exploitation cynique du travail des enfants etc… il faudrait que l’Etat français prenne en charge …96 % des budgets TOTAUX (salaires et frais généraux, budget de recherche de la totalité des entreprises françaises !

Les pertes étant à la charge de  l’Etat et les profits uniquement pour les détenteurs d’actions.

Pensez vous cela sérieusement réalisable ?

Dans la négative les entreprises peuvent continuer indéfiniment à exiger des aides financières toujours plus  importantes qui écrasent le contribuable, puisqu’elles ne seront jamais assez compétitives avec des concurrentes étrangères qui paient leurs salariés 10 ou 20 fois moins que les entreprises françaises et sont exemptées de charges sociales. Et que dès lors  le chômage ne peut que continuer à croitre inéluctablement comme le prouvent les exemples de SANOFI et de vôtre entreprise, qui perçoivent sans état d’âme chaque année des aides substantielles en CIR et en même temps,

-         pour la vôtre délocalisent 25% de ses moyens de production donc licencient les salariés affectés à ces postes.

-         Et pour SANOFI ont licencié 4000 chercheurs pour accroitre les profits boursiers.

Il me semble évident qu’une entreprise qui réduit son budget de R & D , soit devrait voir son CIR supprimé, soit devrait le voir réduit, par exemple de 50%

De plus, en cas de délocalisation  de moyens de production et/ou de recherche et développement alors que l’entreprise a touché des crédits au titre du CIR et/ou du CICE, elle devrait être tenue de rembourser ces aides financières à l’Etat.

C’est du reste une position fréquente il me semble des collectivités locales qui ont accordé des aides à l’implantation d’entreprises étrangères en France, et qui les voient repartir au bout de 4 ans   après avoir empoché l’argent avancé par les collectivités ainsi bernées.

Sous la pression des eurotechnocrates anonymes et notamment  non élus de l'UE, la France s'enfonce dans un système ultra- libéral remettant en cause tous les progrès sociaux acquis depuis 1906 : le dimanche férié et donc non travaillé; bientôt, pour augmenter les profits des actionnaires, on exigera que les commerces restent ouverts tous les dimanches, et on imposera le travail de nuit  aux hommes et aux femmes.

L'avidité des actionnaires ne doit pas primer toute autre considération. Les personnels salariés sont des hommes, pas des esclaves. Il faut en tenir compte et leur attribuer une juste part des profits. En 1959 et 1967 le Général de GAULLE avait montré la voie aux patrons réticents..

Les entreprises et leurs actionnaires n'en ont pas fait moins de profits, bien au contraire, et ce particulièrement grâce  à leurs salariés auteurs  d'inventions parfois géniales  qui peuvent rapporter des milliards aux entreprises !

Alors que Pouvoirs publics et milieux patronaux persistent, à tort, à ignorer et mépriser cette catégorie     de salariés cruciale pour la prospérité des entreprises, sans lesquels les grands patrons et managers ne pourraient gagner les fortunes qu'ils s'attribuent.