Le FMI Gouvernement planétaire dans la mondialisation ultra- libérale décrétée suite à la faillite de nombreux Etats à partir de la crise de 2007/ 2008 : rôle, composition, orientations économiques

 

par Jean- Paul MARTIN

essayiste,

ancien avocat au Barreau de Paris

docteur en droit

 

Comment les gouvernements français appliquent depuis 2009  sans l’avouer aux Français la doctrine économique ultra- libérale et anti- sociale du FMI de Washington, de la Banque mondiale, de la Commission européenne, etc… pour les pays en difficultés pris en tutelle par le FMI. (endettement excessif, chômage endémique massif, faillites d'entreprises, déflation, récession et/ou inflation…)

 

Section A

1)    L’encouragement à la dérégulation du marché du travail où « quand la loi de la jungle remplace les lois du Travail »

(D’après des Extraits de Wikipedia)

« La déréglementation du marché du travail est une idée fréquemment mise en avant par le FMI depuis nombre d’années pour soutenir la croissance économique ».

L’Enfer comme on le sait « est pavé de bonnes intentions ». En 1933 le Nazisme hitlérien était aussi pavé de bonnes intentions…socialistes ! On a vu la suite…

Le FMI utilise ainsi l'« indice de protection de l'emploi » (créé par l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE)), pays par pays, et encourage sa diminution[10].

Autrement dit, le FMI encourage et préconise la baisse dans le monde de la protection de l’emploi et des droits sociaux des travailleurs…en face de leurs employeurs tout- puissants…

Par exemple, le FMI a étudié le cas de la France[11],[12] et encourage le gouvernement à lutter contre [ce qu'il appelle élégamment ] "les rigidités" sur le marché du travail[13]...{ NDLR.- c'est-à-dire les Codes du Travail établis pour protéger les salariés contre les abus de leurs employeurs (exemple Allemagne) et leur garantir des droits sociaux.] Il encourage le gouvernement à éviter de nouvelles revalorisations du SMIC, et à limiter les phénomènes de « passager clandestin »  pour le versement des revenus d'inactivité.

En fait, le FMI propose donc comme remède à la "crise mondiale de 2007/2008 et ses conséquences désastreuses , un retour en arrière aux situations sociales et économiques telles que celle des USA avant la crise mondiale de 1929 qui se prolongea jusqu'au début de la Seconde Guerre mondiale en 1939/40.

Or c'est précisément la nature même de cette situation, notamment l'absence totale de droits sociaux et de  protection de leurs emplois  pour les dizaines de millions de salariés- esclaves américains de l'industrie et du commerce, livrés sans défense aucune à l'arbitraire de leurs patrons, despotes absolus dans leurs entreprises,  qui finit par précipiter les USA dans la Grande Dépression de 1929 et le monde avec eux !

En somme le FMI préconise la liberté absolue du renard- employeur  parmi les poules- salariées inoffensives dans le poulailler, pour soi- disant garantir le plein emploi des poules !... et leur ponte d’un maximum d’œufs au seul profit du renard- employeur !

– En clair, cela ne signifie-t-il pas que le FMI stigmatise les « revenus d’inactivité » c’est-à-dire de l’épargne, des indemnités d’invalidité pour les handicapés « inactifs »,  des retraites pour les anciens actifs qui ont travaillé toute leur vie pour y avoir droit ?

Au nom de quoi ces types de revenus seraient- ils « pour le coup » devenus immoraux aux des yeux des économistes ultra- libéraux et anti- sociaux type Emmanuel MACRON , de ces économistes nantis pour eux- mêmes mais qui prônent l’austérité pour les autres, extérieurs à leur caste, qui peuplent le FMI, la Banque mondiale associée au FMI, la Commission européenne ultra- libérale et technocratique, l’OCDE etc… ?

Sinon de l’idée préconisée par le FMI dès 2009, 3ème année de la crise financière mondiale de 2007 et 2ème année de la dépression économique mondiale de 2008  : voir Rapport annuel du FMI de 2009 par DSK (Dominique STRAUSS- KAHN, Directeur général du FMI avant le scandale mondial qui l’a obligé à démissionner du FMI..) de réduire les dépenses publiques aux seuls dépens des classes moyennes, moyennes sup’ des salariés et des retraités ??

2) Les « inactifs » (retraités, chômeurs, handicapés, malades de longue durée, incapables majeurs, femmes au foyer…)  stigmatisés et ciblés par la doxa ultra- libérale intégriste (en attendant de devenir eugéniste ?..)

Mais en faisant injustement des retraités (en France, 16 millions, soit 25% de la population…)  et des épargnants, des classes moyennes et moyennes sup’(salariés, indépendants, professions libérales) les boucs émissaires donc les victimes expiatoires de ces dispositifs ciblés par les oligarques - technocrates apatrides du FMI et de l’Union européenne pour en supporter seuls les coûts et tous les sacrifices corrélatifs sur leur pouvoir d’achat, leur niveau de vie…– à la place des véritables responsables de ce fiasco:

les gouvernements successifs français depuis 1981, les décideurs économico- financiers (-MEDEF, banques d’affaires, d’investissements), les grandes entreprises publiques et privées, les grands medias complices des pouvoirs en place dont ils constituent via une pléiade d’industriels  milliardaires et souvent également propriétaires desdits medias, des courroies de transmission du Système oligarchique  qui dirige la France…

 

En l’orientant vers une économie ultra- libérale intégriste et asociale, présumée ramener la prospérité des économies grâce à la destruction rétrograde, simpliste par les oligarchies dirigeantes des progrès sociaux conquis depuis 1945 et stigmatisés par les castes dirigeantes comme uniques responsables de la « crise » qui secoue depuis 11 ans l’économie mondiale…

 

 

 

Section B

 

1)    Le virage rétrograde ultra- libéral du FMI en 2009 après une année et demie de Dépression financière mondiale

En juillet 2009, le Fonds Monétaire International, alors dirigé par Dominique Strauss-Kahn que tous les observateurs percevaient comme le Messie, futur Président de la République élu en 2012, publie un rapport sur les finances de la France. Si le rapport note que ce pays « résiste mieux que la moyenne des pays européens », grâce, notamment, à son système de protection sociale étendu, il recommande par ailleurs :

  • une refondation sociale de lla société française par      une dérégulation du Travail au      moyen d’un démantèlement du Code du Travail et de ses droits acquis depuis      1936/1945 ainsi que du Code civil (fixé dans ses grandes lignes par      Napoléon Ier en 1804).

Ce qui a été accompli par la loi – Travail de 2016 El KHOMRI puis par les Ordonnances d’application de 2018, donnant tous pouvoirs au-dessus des lois ( !) aux employeurs via des « Accords d’entreprises » acceptés par des majorités de salariés…Qui dans bien des cas accepteront de se mettre la corde au cou moyennant de simples promesses.ou des concessions minimes.…

  • de « limiter la hausse des dépenses liées au vieillissement      de la population » (pensions, santé),
  • prône « la poursuite de la modération dans la      hausse du salaire minimum »,
  • la réforme de la formation professionnelle
  • et le relèvement de l'âge légal de la      retraite « pour encourager      l'emploi des seniors ». !!!

l’enfer est pavé de bonnes intentions » !  Alors que selon la recommandation n°1 précitée, l’objectif réel était de limiter les dépenses liées aux retraites…en retardant l’âge de la retraite.

Veut- on voir en France comme aux Etats- Unis le spectacle affligeant de garçons et serveuses de cafés seniors âgés de 85 ans courir de table en table pour quémander des pourboires de 1 US $  afin de compléter leur misérable retraite, tandis que leurs richissimes ex- patrons milliardaires du Coca- Cola se sont retirés dans de luxueuses propriétés néo- coloniales de 100 hectares et 8 domestiques noirs en Alabama, bourrées d’objets précieux ramenés d’Europe  ??? … Curieuse conception du progrès social ! 

 

2)     le FMI pour la France : « limiter les dépenses liées au vieillissement (retraites, santé) »= geler puis diminuer les retraites des 16 millions de seniors.

Dès 2009 , année de parution du Rapport DSK du FMI et avec un étonnant empressement, le gouvernement SARKOZY se hâta de commencer à le mettre en application, avec une grande discrétion afin de ne pas donner l’alerte à ses victimes !

Ainsi dès 2009 certains modestes retraités pouvaient observer sur leurs bulletins de pensions des prélèvements nouveaux – et très discrets (les medias avaient observé l’omerta à leur sujet … Des retraites inférieures au SMIC puisque de 790 euros par mois, commençaient à diminuer en raison de nouveaux et discrets prélèvements obligatoires…votés par de tout petits contingents de 35 députés en pleine nuit du vendredi au samedi  à 3h du matin en catimini, avec le silence complice des medias.

En 2018  ces retraites dérisoires étaient tombées à 720 €/ mois, dans l’angoisse consternée et silencieuse de leurs titulaires désormais dépourvues de sections syndicales pour les défendre…, souvent des personnes de 80 ans et plus, qui voyaient et continuent en 2017/2018 de voir leurs maigres ressources reculer inexorablement… dans l’indifférence générale pour les personnes en détresse, et alors que le gouvernement MACRON croit intelligent de stigmatiser les retraités à 1200 euros par mois comme des « inactifs nantis » !!!...

Les riches qui qualifient les pauvres de « nantis », d’ »aisés »  !!! On aura tout vu. « S… de pauvres ! » avait dit un jour un (riche) homme politique… !

Alors que le président Macron « dans le même temps » ne trouve rien à redire aux P.-DG et cadres sup’ actionnaires du CAC 40 qui en 2018 engrangent sans honte pour 2017 des dividendes d’actions de46 milliards d’euros pour 50 000 individus !

 

3)     Même scandale pour les dépenses publiques de santé dont le FMI via son DG DSK en 2009- non contredit par son successeur Christine LAGARDE qui brille par son silence -  conseille fortement la réduction systématique !

 

Les véritables causes des fermetures totales ou partielles de nombreux services publics depuis 10 ans (Bureaux de Poste, écoles, effectifs policiers de proximité, hôpitaux, EHPAD etc…).  Les pouvoirs publics se sont toujours refusés à révéler les vraies raisons de ces mesures anti- économiques.

On découvre ainsi l’explication de la grande misère qui se répand depuis près de 10 années à travers toute la France, alors que nos gouvernements successifs n’ont jamais fourni d’explications à ce sujet, présentant mensongèrement les reculs et débâcles des entreprises, fermetures de services publics, de Postes, d’écoles, réduction d’effectifs de Police (Sarkozy)  comme inexplicables, ou bien dues « à la crise » qui a bon dos…ou encore une conséquence inéluctable de la « mondialisation », elle- même décidée par les mêmes économistes ultra- libéraux du FMI, de l’UE, de la Banque mondiale, de la BCE etc… :

 

  • Où le FMI préconise de faire payer le coût des « réformes » exclusivement par les pauvres, les faibles (les retraités, les malades, les handicapés) ce que E. MACRON a traduit (dans son livre de 2016 « REVOLUTION ») par « les inactifs » - qui donc ne sont que des « rien », juste bons à payer les prélèvements supplémentaires ce que l’Etat leur extorque par la force injuste de la loi…

 

 

  • La vraie cause, la cause n°1  est l’application des consignes d’austérité (pour les classes modestes, les salariés et retraités) du FMI aux Etats et gouvernements des pays en grave difficulté dont la France, afin de faire supporter les réductions des dépenses publiques préconisées par les classes les plus modestes des populations…

Notamment retraités ( !) qui ne peuvent faire grève pour défendre leurs droits attaqués par l’oligarchie , classes pauvres, moyennes, moyennes sup’…( 6 à 7500 €/ mois)

 

… en épargnant les plus riches qui au contraire s’enrichissent encore !

Et le font savoir sur la place publique, une vraie provocation.

 

La grande misère, scandaleuse, des hôpitaux publics

 

Hollande et Macron appliquent cette directive FMI en fermant des dizaines de maternités, d’hôpitaux de proximité, de CHU, de Bureaux de poste, de lignes secondaires de la SNCF, d’écoles,  à travers toute la France, en sabrant les crédits des EHPAD, des hôpitaux.

Tout en faisant « en même temps » semblant de s’apitoyer de la misère scandaleuse qui résulte de leurs mesures honteuses, dans les files d’attente aux Urgences desquels meurent des patients qui attendaient  jusqu’à… 30 HEURES SANS AVOIR été PRIS EN CHARGE ET SONT RETROUVES MORTS SUR LEURS BRANCARDS !

 

Qu’importe pour le président- Jupiter de la 5ème puissance du Monde (…qui vient d’être rétrogradée 7ème puissance économique…) !

Les seniors de 75, 90 ans morts faute de soins dans les files d’attente de 50 heures aux urgences des hôpitaux,  pour lui ne  sont que des « riens » sans valeur économique. De simples « Stücke » comme étaient qualifiés avec un total mépris par les SS  les déportés des KL (Konzentration Lager) «  de l’univers concentrationnaire hitlérien en 1933- 1945 !

 

Une véritable honte pour un pays soi- disant « riche ».Hypocrite opinion que cette « richesse » suggérée comme « générale » alors que la pauvreté ne cesse de s’étendre en France (20% de la population vit avec moins de 1000 euros/ mois !)

« Richesse » d’un « pays riche » cent fois ressassée par les medias, afin de culpabiliser les classes pauvres, moyennes et moyennes sup’ pour le montant de leurs salaires par rapport aux travailleurs- esclaves du Bengla Desh, du Mali, du Soudan !..

Revenus gelés, en recul, taxes et impôts en hausse = application de la politique d’austérité du FMI.

Et ainsi par contraste leur faire paraître « justifiés » « par solidarité » et donc « acceptables » les nouvelles taxes et impôts dont ils son continuellement accablés alors que leurs revenus stagnent ou reculent depuis 2012 et même 2009 pour certains retraités (comme l’auteur de ces lignes en a reçu les témoignages).

 

 

Le cas catastrophique de l’intervention du FMI en Grèce (2010 à 2018)

La DG du FMI critiquée

Un exemple catastrophique des résultats  à terme d’une telle politique sur les « conseils » du FMI est fourni par les 9 à 10 années écoulées en Grèce, en raison de la mise de ce pays sous tutelle de l’Union européenne et du FMI. Un dernier prêt de 15 Mds€ est avancé cet été à la Grèce ; ensuite c’est fini ! La Grèce doit désormais se débrouiller seule… Quel est le bilan de 10 années d’intervention du FMI et de l’UE ?

Des sommes astronomiques ont été avancées à la Grèce… Quelles « réformes structurelles » ont- elles été préconisées pour la Grèce et qu’est ce que ce pays a au juste réalisé ? Difficile à savoir avec précision. En tout cas il n’a pas pu en 9 ans mettre sur pied un cadastre comparable à celui créé en France, qui a nécessité près de …150 années de travaux ! (1804 – 1949). Or un cadastre digne de ce nom est un outil indispensable à l’établissement d’un impôt foncier généralisé et juste.

Bilan : réduction de 45% du montant des retraites ! Le chômage aurait baissé. De combien ? Il a pu aussi baisser en raison de l’émigration accrue de nombreux Grecs, ne voyant plus aucun avenir pour eux dans leur pays.

L’économiste T. PIKETTY lors d’une récente émission sur la radio France Inter s’est montré pessimiste sur le bilan et l’avenir de la Grèce après l’intervention du FMI et de la Commission de Bruxelles. Apparemment les problèmes « structurels » de fond n’auraient pas été réglés… Il considère l’action du FMI sur ces 9 années comme un demi- échec global. Notamment par l’appauvrissement, la démoralisation  de la majorité de la population grecque, accablée par une suite ininterrompue de mesures négatives, réduisant leur niveau .de vie de façon drastique ?.

On trouve également dans l’encyclopédie XIKIPEDIA sur INTERNET des commentaires très critiques sur l’ »action et les mesures prises par le FMI sous la direction de sa DG Christine LAGARDE… Wikipedia les considère comme « un exemple de ce qu’il ne faut surtout pas faire »…

Mais que faut- il faire ??  Wikipedia ne le dit pas…

 Le FMI, lointain depuis ses bureaux de Washington,  appuyé par les euro- technocrates froids de l’UE, a recommandé pour payer les frais de la « crise »  des économies sur les budgets de Santé, des services publics : Poste, Education, hôpitaux, Police, Armée (avec difficultés)  ..

Surtout pas sur les revenus toujours plus colossaux des oligarques milliardaires internationaux et apatrides, les seuls responsables de ce gâchis planétaire !

Il eût certainement été nécessaire, en tout cas plus équitable, de répartir le poids des sacrifices également sur la caste oligarchique des milliardaires de la grande industrie  et des affaires. En effet cette caste ultra- libérale a gagné beaucoup plus qu’elle n’a perdu par la rtéforme par exemple de l’ISF

Nécessité de posséder  des forces de nuisance suffisantes pour paralyser la France afin de faire reculer l’Etat prédateur

Parmi les classes moyennes/ modestes, seuls sont épargnés ceux qui disposent  de la force matérielle pour faire reculer l’Etat- agresseur de leurs droits acquise, souvent de haute lutte : exemple les routiers et leurs syndicats, qui avec leurs semi- remorques et énormes camions, peuvent à quelques milliers paralyser toute la France en 2 heures, et ont en 2017 averti Macron qu’ils étaient prêts à le faire… Du coup le président Macron, tout Jupiter qu’il se proclame, a été contraint de se mettre « En Marche Arrière » et de renoncer à ses projets néfastes contre les routiers (une catégorie de salariés aux salaires très modestes et au travail très dur).

 

Mêmes moyens employés par les zadistes de NDDL : le bras de fer s duré près d’une année, et E. MACRON a fini par céder… à la force ! Car ces gouvernements et le président ne conçoivent les rapports sociaux que comme des rapports de force : une constante depuis toujours sous la République Française).

 Ceux qui n’ont pas de force brutale, de capacités de nuisance suffisante pour faire reculer le gouvernement et le président, sont donc impitoyablement laminés, broyés, écrasés : exemples les retraités, trop faibles, diminués par l’âge, la maladie, la réduction de leurs ressources, l’absence de syndicats les défendant… « On » en profite pour les taxer de ce qu’ « on » n’a pas pu extorquer aux routiers, aux agriculteurs, si prompts à sortir leurs tracteurs, leurs fourches et leur fumier pour barrer les routes à la première alerte !

Mieux vaut donc être très prudent avec ces catégories sociales…

 Pas de réduction des dépenses publiques pour  l’immigration

Par contre très bizarrement le même gouvernement qui clame à chaque occasion n’avoir plus un euro en caisse (alors que les contribuables versent à l’Etat « un POGNON de DINGUE » ( !) trouve sans problème des crédits pour financer l’arrivée incessante, anarchique de nouveaux immigrants clandestins en France par  cargos  bondés d’immigrants !

Les prenant en charge à 100% avec toutes les maladies importées avec eux par ces nouveaux résidents imposés aux populations de l’Hexagone qui doivent déjà traîner un boulet de 6, 45 millions de chômeurs, dont le flot est ainsi sans cesse alimenté. Sans qu’on leur demande leur avis aux citoyens français (refus de tout referendum sur l’immigration) alors que c’est le contribuable qui est contraint par « la force injuste de la loi » de payer les coûts énormes induits par cette invasion à tout va « à son insu de son plein gré ». Exemple : 1 Milliard €/ an pour l’AME, créée en 1997 par le PM JOSPIN à une époque où les finances publiques semblaient fastes….la CMU- C, la CMU créées aussi en 1997 par le PS et qui est versée à 6,8 millions de bénéficiaires, à 75% immigrés.

 

 

Absence de contrôle médical préalable

 Sans contrôle médical préalable à leur entrée sur le territoire national, ce qui ouvre la porte à la propagation d’épidémies (à comparer avec les contrôles sanitaires des immigrants aux USA au XXème siècle à New York par passage obligatoire de tous les immigrants sur l’île d’Ellis Island pendant tout le temps nécessaire à leur contrôle médical, mise en quarantaine des malades sur cette île, et renvoi le cas échéant à leur pays de départ ).

A signaler de ce point de vue une épidémie de peste pulmonaire (contagieuse) qui sévit depuis l’automne 2017 à Madagascar dans la région de Tamatave, 2ème ville du pays. Cette épidémie a obligé de nombreux paquebots de croisières à annuler par mesure de sécurité l’escale qu’ils avaient programmée à Tamatave…Bizarrement les medias français sont sur d’une discrétion totale sur cette épidémie…

Conclusion : des immigrants malgaches provenant de la région de Tamatave et malades de la peste peuvent – théoriquement au moins – immigrer clandestinement en France pour s’y faire soigner gratuitement  contre cette maladie d’un autre âge (la dernière épidémie de peste en France s’est produite en… 1720 à Marseille !).

 

Et avec versement aux nouveaux arrivants qui débarquent sans cesse par cargaisons entières du Moyen- Orient, d’Asie et de toute l’Afrique, de pensions de 800 €/ mois pour une personne seule (présumée avoir au moins 65 ans sur simple déclaration…alors qu’ils n’ont aucun papier d’identité !!!)  et de 1 250 € par mois à des couples (davantage qu’à de nombreux Français qui ont travaillé et cotisé plus de 20 années  !!!)  –

Immigrants QUI N ONT JAMAIS COTISE A RIEN POUR LA SECURITE SOCIALE  ou autre organisme français!

4)    Telles sont précisément les  directives du FMI  mises en œuvre par les présidents SARKOZY à partir de 2009 jusqu’en mai 2012, puis HOLLANDE, et enfin MACRON depuis mai 2017.

 

Avec une interprétation très concrète des préconisations du FMI de DSK afin que ce soient les classes pauvres et moyennes, les retraités fragilisés et affaiblis par l’âge, les maladies, aux revenus amoindris,  qui supportent scandaleusement  tous les sacrifices injustes induits par ces mesures. Prises arbitrairement dans la précipitation sans la moindre concertation ou consultation démocratique  par le président de la République et la caste de ses amis oligarques dirigeants : (1% de la population hexagonale soit 670 000 individus de la haute bourgeoisie et des  castes d’affaires sur 67 millions)

Est-ce juste ?

Nous ne le pensons pas !

Nous sommes favorables au libéralisme, mais à un libéralisme « juste », « équitable », « social » qui reconnaisse et impose aux entreprises, dans leur propre intérêt afin de motiver puissamment leurs salariés, une juste répartition des richesses créées dans les entreprises grâce aux mérites des salariés, et particulièrement des innovateurs, des inventeurs qui les ont créées !

Ces réformes restent entièrement à faire…

 

« On ne réforme pas à tout va un pays en faillite. En effet sans amélioration préalable de la balance commerciale, cela conduit  à prendre à Pierre pour habiller Paul, dans un espace économique invariable. »

 

(Dr – Ing Jean- Pierre KAPLAN, président honoraire de l’AIS Association des Inventeurs Salariés » www.inventeursalarie.com/

 

 

Dr Jean-Paul Martin

essayiste, ancien avocat au Barreau de Paris,

ancien vice- président de la CNCPI (Compagnie Nationale des Conseils en Propriété industrielle)

Auteur de « Droit des Inventeurs Salariés » oct. 2005, 3ème édition

LexisNexis Litec

docteur en droit

 

Blog de droit des brevets et inventeurs salariés : http://www.jeanpaulmartin.canalblog.com,

le 16 juillet 2018