Corruption chez Alstom : un ancien cadre   témoigne

 

http://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/corruption-chez-alstom-un-ancien-cadre-t%c3%a9moigne/ar-AAuSsXV?li=BBoJIji&ocid=UE13DHP

 Pour la première fois, un ex-dirigeant d’Alstom témoigne sur des pratiques "favorisées, connues et généralisées" au sein de l’entreprise. Et dénonce le sort réservé à un ancien salarié, en prison aux États-Unis, "sacrifié" par Alstom.

                        © Fournis par Francetv info

En 2014, Alstom a été condamnée à une amende record de 772 millions de dollars par la justice américaine pour des faits de corruption. Si aucun haut dirigeant n’a été inquiété, un ancien cadre est, lui, toujours derrière les barreaux : Frédéric Pierucci.

Un de ses anciens confrères, lui-même ex-cadre d'Alstom, témoigne pour franceinfo, vendredi 19 janvier. Il s'agit de Pierre Laporte, qui de 2012 à 2015 a été directeur juridique d’Alstom Grid, la branche du groupe spécialisée dans le transport d’électricité. Il dénonce le sort réservé à Frédéric Pierucci.

Frédéric Pierucci paye pour des pratiques qui ont été favorisées, connues et généralisées au sein de l’entreprise. Il a été sacrifié par ses patrons pour qu’ils puissent, eux, rester en liberté.

Pierre Laporte, ancien cadre d'Alstom à franceinfo

"Il paye pour les autres, dénonce Pierre Laporte. Les dirigeants d’Alstom ont négocié leur liberté contre celle de l’un des leurs. C’est une situation inadmissible et choquante." Selon lui, "l’immunité des dirigeants d’Alstom [dont le PDG du groupe Patrick Kron et le directeur financier] a été négociée avec la justice américaine. Tout comme l’interdiction d’aider ou de coopérer avec ceux qui faisaient déjà l’objet des sanctions. Le prix humain est extrêmement élevé."

Pierre Laporte souhaite l’intervention des pouvoirs publics français, au plus haut niveau, pour aider à ce que le transfèrement de Frédéric Pierucci en France "puisse avoir lieu le plus rapidement possible, pour qu’il purge sa peine dans des conditions acceptables, proche de sa famille."

Le député Les Républicains Olivier Marleix, président de la commission d’enquête sur la politique industrielle de l’État, vient d’écrire au président de la République Emmanuel Macron pour lui demander le transfèrement de Frédéric Pierucci sur le sol français.

Un "lampiste" arrêté à New York en 2013

Le 13 avril 2013, Frédéric Pierucci, alors vice-président monde de la division chaudières d'Alstom, est arrêté à l’aéroport de New York. Il passe 14 mois dans une prison de haute sécurisée puis plaide coupable, sans mettre en cause ses responsables. Il est licencié par la direction d’Alstom pour "abandon de poste". Puis Alstom décide à son tour de plaider coupable et accepte de négocier une amende avec la justice américaine. Dans le même temps, la branche énergie du groupe est rachetée par l’américain General Electric. (…)