POSITION DE FRANCOIS BAYROU (*) SUR LA REMUNERATION DES INVENTEURS SALARIES

 

 

Lire son discours à Nancy du 21 mars 2012 :

 http://www.bayrou.fr/article/120321-francois-bayrou-en-reunion-publique-a-nancy

Extrait ( en milieu du discours) :

"Je suis frappé, c'est accessoire ce que je vais dire, mais cela a un petit lien avec le sujet que je traite devant vous. Je lisais l'autre jour que, quand il y a une invention par un chercheur salarié dans une entreprise française, quels que soient les fruits que l'invention rapporte à l'entreprise, on lui donne royalement et en moyenne 250 euros !
Dans les grands pays où l'innovation porte les choses, on considère que l'innovation doit rapporter au salarié qui a trouvé l'idée 10 % de ce qu'elle fait gagner à l'entreprise. Imaginez une idée, un brevet qui fait gagner à une entreprise 3 millions d’euros, dans un cas on lui donne 10% de 3 millions d’euros, et ceux qui font du calcul mental comme moi savent que cela représente 300 000 euros, dans l'autre cas en France on donne 250 euros. Je considère que l'un est un archaïsme et l'autre un progrès."

 

Le candidat François BAYROU favorable à une meilleure rémunération des inventeurs salariés :
Il s'est exprimé le samedi 11 février 2017 au Futurapolis à Toulouse - d'aprés les tweets @nousbayrou  :
•    "On ne peut produire que si l'on peut vendre, mais vendre nécessite des produits d'avant garde sur le marché"
•    "Je suis persuadé que ns sommes dans un pays où la Recherche et l'Innovation n'ont pas la place qu'ils devraient avoir
•    "En France, un inventeur aujourd’hui est forcément vu comme un professeur Nimbus"
•    "Quelqu'un qui fait une invention dans une entreprise, on ne lui donne qu'une prime de 250 ou 500 euros"
•    "Nous sommes un pays qui veut maintenir son modèle social, mais n'a pas les moyens productifs et créatifs de le faire"
•    "Je suis pour qu'un inventeur touche au moins 10% des revenus générés par son innovation"
•    "Nous sommes trop basés sur la reproduction plutôt que sur la création, l'innovation"

 

Le 26 juin 2017

(*) ancien Ministre de l'Education nationale de 1993 à 1997

ancien Ministre de la Justice (mai- juin 2017)