Réponse au courriel ci-dessous

Ce que vous relatez ne m'étonne hélas pas... Vous prêchez un convaincu.Cet autodidacte créatif français ne devait rencontrer en France que mépris et  indifférence de la part des super- diplômés (énarques, Sciences-Po, HEC, X-Mines...) qui dirigent les grandes entreprises publiques et privées et bloquent tout ce qui n'est pas issu de leur sérail.

Une différence fondamentale entre la France et les USA c'est qu'en France ce qui compte d'abord pour  la carrière qu'un jeune peut espérer, c'est le ou les diplômes qu'il a obtenus pendant ses études à 20 ans.

Ainsi pendant toute  sa vie jusqu'à 75/80 ans un "X" est toujours  "sorti de l'Ecole Polytechnique" (comme Giscard à 83 ans) ,de l'Ecole des Mines, de l'Ecole Centrale, de l'Ecole Supérieure des Télécommunications, "diplômé de l'ENA" (comme l'ex-P.-DG de France Telecom Lombard), " de Sciences-Po" etc... Même si sur le terrain ce super- diplômé à 22 ans est devenu un médiocre à 40 ans, les postes de direction lui sont réservés par co-optation.

Aux USA, où on est pragmatique et non comme en France obsédé par le culte de l'élitisme du parchemin, ce n'est pas le diplôme que l'on a décroché dans une Ecole à 22 ans qui compte d'abord  pour être reconnu (bien qu'il soit fort utile, Barack Obama le sait avec son prestigieux diplôme de droit de l'Université d'Harvard), c'est ce que l'on est réellement capable  de faire sur le terrain qui détermine les promotions.

Et le dynamisme ainsi accru des entreprises américaines en tire un profit maximal.

Ce qui explique la réussite que vous signalez aux USA d'un autodidacte créatif, lequel en France ne peut pas  accomplir  un tel parcours,vu les blocages de notre société française.

Jean-Paul Martin

>E-mail d'un correspondant en date du 25/02/2010
>

Bonjour,
>
> J'ai eu récemment des nouvelles d'un de mes cousins. Après avoir créé
> une entreprise de conception et fabrication de meubles, il avait décidé
> de vendre son entreprise et de partir aux USA en raison des tracasseries
> administratives françaises.
>
> Désormais, il est Chief Technology Officer dans une société du secteur
> médical au Texas et est à l'origine de nombreux brevets ayant aboutit à
> des produits mis sur le marché avec succès.
>
> Le plus incroyable est qu'il n'a aucune formation d'ingénieur, de
> scientifique, d'école de commerce ou brevets, comme c'est mon cas, il
> est simplement un autodidacte imaginatif.
>
> Je pense qu'en France il n'aurait pas pu réaliser ce parcours.
>
> Encore un inventeur français parti à l'étranger...et qui y trouve son
> compte.

X.....
>
>
>
>
>